Tel : 01 47 58 47 47 / Fax : 01 47 58 92 32

Cas client : accompagnement d’un commerce de gros dans l’alimentaire tout au long de l’année 2020

commerce de gros

Alors que les acteurs de la restauration ont été (et continuent d’être) durement touchés par la situation sanitaire, on oublie parfois que leurs fournisseurs ne sont pas épargnés. À l’image de cette filiale française d’un groupe danois, installée à Rungis (94) et spécialisée dans le commerce de gros pour l’alimentaire, qui a perdu jusqu’à 90 % de son chiffre d’affaires au plus fort de la crise. Client historique du cabinet Rougagnou – depuis plus de deux décennies – la société de six salariés a pu compter sur l’accompagnement mis en place par Étienne Coupry, chef de mission au sein du cabinet, pour survivre à cette « annus horribilis ». À travers le récit de cette entreprise, c’est le portrait de tout un secteur en difficulté qui se dessine.

 

La crise, son impact, et le besoin d’être accompagné

Le secteur de la restauration a été durement touché par la crise sanitaire et les fermetures administratives successives. Pour ce client, dont 80 % du chiffre d’affaires est généré par des restaurateurs, le mois de mars dernier s’est apparenté à un cataclysme : c’est là que tout s’est arrêté. L’impact de la crise s’est fait sentir immédiatement.

À cette situation s’est ajoutée une problématique très particulière : l’absence de direction financière en France pour prendre les choses en main. En effet, la filiale de ce groupe danois compte exclusivement des commerciaux et une comptable à l’autonomie restreinte. Dans le cadre de sa relation de travail avec ce client, Étienne Coupry passe par un tiers, « un consultant hollandais qui sert d’intermédiaire entre l’actionnaire danois et la société française ».

Dès les prémices de la crise, « le consultant a sollicité le cabinet pour répertorier les aides de l’État et se tenir au courant de la succession des décrets d’application ». L’objectif était double : lister les aides financières accessibles (dans l’optique de déposer des demandes), mais aussi comprendre les mécanismes concernés afin de faire de la pédagogie auprès de l’actionnaire danois.

 

Les solutions mises en place par le cabinet Rougagnou : chômage partiel, gel des charges sociales, suspension du loyer, recherche de financement et aides du fonds de solidarité.

Très rapidement, le consultant hollandais donne à Étienne le feu vert pour activer toutes les pistes d’aides. Trois mesures sont prises d’emblée :

  • La mise en place du chômage partiel pour les six salariés de la filiale.
  • Le gel du paiement des charges sociales.
  • Le lancement des négociations avec le bailleur dans le but d’obtenir la suspension des loyers du local commercial.

Le chômage partiel a permis à l’entreprise de sécuriser les emplois de ses salariés, et le gel des charges sociales de s’éviter de gros soucis de trésorerie. Mais les négociations avec le bailleur ont mis du temps à aboutir. « Il aura fallu près de neuf mois, rythmés par des échanges de courriers et de documents financiers, pour parvenir à trouver un accord avec le bailleur et obtenir l’abandon – rétroactif – de trois mois complets de loyer », précise Étienne.

Malheureusement, tous les efforts ne sont pas récompensés. La tentative de mise en place du prêt garanti par l’État (PGE) se solde par un échec, les banques se montrant frileuses au regard de la situation financière de l’entreprise. « Ses capitaux propres négatifs ont joué le rôle d’épouvantail, alors même que la société bénéficie de l’aide de la maison-mère et que sa situation est stable depuis des années. » Le recours au médiateur du crédit de la Banque de France ne donne pas de meilleurs résultats, malgré de longues démarches et le soutien dudit médiateur. Quant aux prêts mis en place par les régions, les départements et les Chambres de commerce, ce sont des impasses, les critères d’attribution étant similaires à ceux du PGE. « Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir, et notre client l’a bien compris », souligne Étienne.

 

Le bilan de l’année 2020 et de l’accompagnement du cabinet

Que faut-il retenir de l’accompagnement du cabinet Rougagnou durant cette année difficile ?

D’une part, une grande réactivité et une présence de tous les instants aux côtés du client. Ce dernier a pu prendre connaissance des différents mécanismes d’aide, déposer des demandes dans les meilleurs délais, obtenir des réponses concrètes à ses questions. Il s’est aussi senti soutenu à un moment où il voyait le sol se dérober sous ses pieds.

D’autre part, un bilan pour l’année 2020 relativement positif au regard de la complexité de la situation. En effet, les résultats de la filiale devraient enregistrer une légère amélioration en 2020 par rapport à l’année précédente, malgré un chiffre d’affaires en baisse de 60 % (jusqu’à 90 % en plein confinement). Un équilibre assuré par les mécanismes mis en place.

Pour Étienne, cet accompagnement – qui ne constitue initialement qu’une infime partie des attributions du cabinet – s’est avéré déterminant. « Il faut reconnaître que jouer les pompiers n’est pas simple ; mais notre mission consiste aussi à aider nos clients à franchir ce genre d’obstacles avec le minimum de pertes, grâce à une connaissance aiguë des aides disponibles et des réglementations fiscales, comptables et juridiques qui s’appliquent. »

Il s’agit désormais de regarder vers l’avenir : « Nous avons d’ores et déjà déposé une demande de prolongation du chômage partiel jusqu’à fin juin 2021, afin d’être parés à toute éventualité. » Un accompagnement sur-mesure… et constant !

 

Merci à Étienne Coupry pour le temps qu’il nous a consacré.

Articles en corrélation

Laisser un commentaire